Premier jour         
Œdipe est fatigué ; nous avons dû nous arrêter dans une auberge à A.. Il n'a pas le moral, après ce qu'il a vécu. Il a du mal à s'intégrer dans la peau d'un aveugle.

 

Deuxième jour
Nous partons en direction de la ville d'A. où nous allons dormir. Nous sommes passés dans un bois où nous avons eu la chance de rencontrer F. . F. est bûcheron. Il nous a montré un raccourci pour A..

 

Troisième jour
Nous arrivons à A. . Œdipe a très faim; nous demandons où nous pouvons trouver un restaurant et une auberge à un vieillard que nous avons croisé. On va pouvoir manger et se reposer.

 

Quatrième jour
Nous partons de la ville d'A., qui est une ville plaisante. Papa n'a toujours pas le cœur à voyager mais nous y sommes obligés. J'essaie de lui faire découvrir de nouvelles choses par le toucher. Notre prochaine destination est C. où nous pourrons peut-être trouver de la nourriture peu chère pour le reste du voyage.

 

Cinquième jour
Nous sommes dans C., nous cherchons de la nourriture quand une personne s'approche de nous; elle s'appelle S.. S. est forgeron et il prend en pitié Œdipe , il nous propose un chariot tiré par un cheval pour rendre notre voyage plus rapide, à la seule condition qu'il vienne avec nous. Après réflexion Œdipe et moi acceptons volontiers.

 

Sixième jour
S., Œdipe et moi-même sommes dans la belle charrette que nous avons louée à bas prix . Le temps semble passer plus vite au côté de S. car il nous fait rire. S. nous parle de sa femme Para qui s'occupe de son magasin avec son fils Madrin.

 

Septième jour
Aujourd'hui, papa me dit combien il m'aime et cela me touche vraiment. Il dit aussi qu'il est vraiment heureux d'avoir une fille comme moi qui prend soin de lui dans les pires moments de sa vie.

S. nous dit de ne pas nous arrêter ce soir parce que les gens des alentours ne sont pas très accueillants avec les nouvelles têtes.

Huitième jour
Nous sommes à une journée de Colone. Œdipe commence à ne plus penser au passé. Il se détend de plus en plus. Il m'a demandé s'il pouvait diriger la charrette pendant un instant. Je n'ai pas pu le lui refuser et il a conduit la charrette sur quelques centaines de mètres. Je dois dire qu'il s'en est bien sorti.
C'est un plaisir de réentendre Œdipe parler d'autre chose que de son malheur.

 

Neuvième jour
Nous sommes à Colone, au temple de K. où nous faisons une halte pour nous rafraîchir.

Ce voyage m'a appris beaucoup de choses sur mon père.

mailto:ateldec@yahoo.fr?subject=Antigone 2001